Victoire impériale pour le Jackie Chan DC Racing

  • Toute première victoire pour l’ORECA 07
  • Pole position pour le G-Drive Racing
  • Victoire et Record du Tour pour le Jackie Chan DC Racing

L’imposante délégation ORECA dans la catégorie LM P2 du FIA World Endurance Championship a différentes vertus. La plus belle d’entre elles : celle d’offrir une émulation exceptionnelle entre les différents protagonistes. Démonstration en a été apportée lors de cette épreuve inaugurale durant laquelle les six équipes présentes ont été garantes du suspense jusqu’au drapeau à damier, que le Jackie Chan DC Racing aura finalement eu le privilège de voir le premier avec la ORECA 07 du trio Jarvis/Laurent/Tung.

Avec trois voitures réunies dans les deux mêmes dixièmes à l’issue des qualifications, le ton avait été donné samedi sur l’homogénéité de la compétition qui se profilait en LM P2. De quoi donner d’ailleurs une valeur certaine à la pole position obtenue par le G-Drive Racing. Cela n’empêchait pas une immédiate refonte du classement dans les quelques premiers mètres suivant le départ !

Auteur du meilleur départ face aux ORECA 07 #13 de l’écurie Vaillante Rebellion et #26 du G-Drive Racing, l’Alpine A470 de Nicolas Lapierre accomplissait un début de course parfait en prenant immédiatement le pas sur ses adversaires. Plus de quatre heures durant, le Team Signatech Alpine Matmut se montrera intraitable, creusant irrésistiblement l’écart face à ses rivaux.

Ce qui s’apparentait à une forme de maîtrise basculera au cours du dernier tiers de course, notamment lors de la 5ème heure. A la suite d’une phase de neutralisation consécutive à une sortie de piste d’une LM P1, un regroupement derrière la voiture de sécurité annihilait les efforts réalisés par l’équipage Lapierre-Menezes-Rao depuis le départ. Bien que piégée, comme d’autres, par un choix de pneumatiques dû à l’arrivée d’un début d’averse, la voiture du Jackie Chan DC Racing tirait magnifiquement son épingle du jeu dans cette dernière phase de course, croisant notamment le fer avec l’Alpine, bien sûr, mais aussi les voitures du TDS Racing (#28) et de Vaillante Rebellion #31, qui était l’une des autres grandes bénéficiaires de la neutralisation en revenant provisoirement en tête. Retardée par un arrêt pour intervenir sur une portière, la G-Drive Racing faisait elle aussi parler la poudre, tandis que chez Manor, Jean-Eric Vergne démontrait le potentiel de l’équipe britannique dans cette catégorie en alignant d’excellents chronos sur son dernier relais.

L’ultime heure de course laissait planer, par le jeu des stratégies de course, le doute sur l’identité des possibles vainqueurs, même si la Vaillante Rebellion #31 semblait tenir la corde dans cette perspective. Mais c’était sans compter sur un arrêt éclair opéré par le Jackie Chan DC Racing by Jota à une vingtaine de minutes de l’arrivée. Une fin de relais toute aussi rondement menée par Oliver Jarvis permettait à la formation chinoise de contenir toute remontée de ses rivales directes et de remporter un premier succès autoritaire dans une compétition qui s’annonce des plus serrées cette année.

Rémy Brouard (Jackie Chan DC Racing by Jota) : « Quelle joie ! C’est un moment extraordinaire. Certes nous savions que nous étions dans le match et ce serait mentir que de dire que nous ne pensions pas jouer devant dans cette course. Nous sommes ambitieux et c’est dans la culture chinoise que de faire les choses pour gagner, mais le LM P2 est d’un tel niveau cette année qu’il faut rester humble. Les trois pilotes ont fait une course fantastique. Nous avons osé un passage en pneus intermédiaires lorsqu’il a plu un peu. Notre pari n’a pas été payant. Pour autant, nous avons comblé le retard pris dans cet arrêt supplémentaire. L’équipe a fait un travail remarquable, jusqu’au dernier arrêt express, qui a été décisif, avant le dernier relais d’Oliver. Quelle délivrance après la ligne d’arrivée ! Quoique j’étais un peu stressé en vue du podium. Mais il était dit que tout se passe bien aujourd’hui. On ne pouvait pas rêver mieux pour démarrer la saison. »

Xavier Combet (TDS Racing) : « C’est une belle satisfaction que de terminer sur le podium compte tenu du niveau général des équipages dans cette catégorie. On a perdu une vingtaine de secondes lorsque la voiture de nos voisins dans les stands s’est arrêtée trop loin et nous a gênés. C’est regrettable, mais cela fait partie de la course. Sur la voiture du G-Drive Racing, nous avons été retardés par quelques soucis avec la portière droite qui nous a coûté du temps dans les stands. D’une manière générale, ce que nous avons vu ce week-end nous permet d’être optimiste pour la suite. Le championnat sera très compétitif mais nous avons une bonne carte à jouer. »

Nicolas Lapierre (Pilote Team Signatech Alpine Matmut) : « Le Safety Car a complètement ruiné notre course. On roulait avec une avance de 45’ assez confortable et puis voilà… nous nous sommes retrouvés décalés dans notre stratégie, avec tous les autres derrière nous. On a passé plus de la moitié de la course en tête, on avait la vitesse, une bonne stratégie, la voiture était très performante… bref, il y avait tout pour bien faire. Mais il y a eu ce Safety Car. C’est décevant, rageant même, mais c’est ainsi. »

 

Prochaine épreuve du FIA WEC, les 4, 5 et 6 mai prochains sur le circuit de Spa-Francorchamps.

Auteur Olivier Loisy

Inscrivez-vous à la newsletter